L’économie collaborative gagne en popularité. Et l’autopartage est également en hausse. Au début de l’année, notre pays comptait 150 000 utilisateurs de l’autopartage. Quand est-ce plus avantageux d’utiliser une voiture partagée que d’acheter une voiture personnelle ? Pouvez-vous partager votre voiture personnelle avec d’autres personnes et devez-vous alors en informer votre assureur ? Independer.be vous donne la réponse.

Privé vs commercial

Vous pouvez envisager l’autopartage de plusieurs façons. Vous pouvez ainsi en tant que particulier, par exemple entre riverains, partager une voiture et les frais supplémentaires qui y sont associés. Vous pouvez également vous inscrire sur une plateforme en ligne sur laquelle les propriétaires enregistrent leur voiture : l’autopartage particulier au prix du marché, une sorte d’Airbnb, mais avec des voitures. Il existe également des utilisateurs de l’autopartage qui ont leur propre flotte. Il y en a une douzaine qui sont actifs en Belgique, tels que Cambio et Poppy. D’une part, il existe des systèmes où l’utilisateur ramène la voiture à l’endroit où il l’a récupérée, c’est ce qu’on appelle l’autopartage en boucle. Tandis que d’autres fournisseurs vous permettent de laisser la voiture partagée à un endroit différent de votre point de départ, c’est ce qu’on appelle l’autopartage flottant.

Forte croissance

Les places de parking en ville sont très rares et donc très chères à louer ou à acheter, ce qui rend l’autopartage de plus en plus attractif. Il ressort du dernier rapport annuel d’autodelen.net que quatre personnes recourant à l’autopartage sur cinq vivent en ville. En janvier de cette année, la Belgique comptait environ 150 000 utilisateurs de l’autopartage et 4 000 voitures partagées. Près d’une voiture partagée sur quatre est électrique. Le segment de l’autopartage flottant en particulier a connu une forte croissance de pas moins de 146 % par rapport à l’année précédente. Les voitures partagées sont principalement utilisées pour des distances plus courtes, la distance moyenne étant de 13,2 km avec un temps de trajet moyen d’environ 47 minutes.

Conduite sans soucis

Avant de vous débarrasser de votre voiture, vous devez vous demander si l’autopartage est réellement intéressant pour vous. Après tout, vous renoncez à beaucoup de confort. Alors que vous disposez normalement de votre voiture quand vous le souhaitez, l’autopartage exige quant à lui un peu plus de planification. Il est généralement admis que si vous roulez moins de 10 000 km par an, l’autopartage peut être avantageux.

Partager votre voiture personnelle ?

Vous connaissez cette situation : votre fille vous demande si elle peut emprunter votre voiture pour aller faire du shopping avec ses amies. Et votre voisin utilise également votre voiture à l’occasion. Si vos enfants conduisent votre voiture, vous devez le signaler à votre assureur. Ils sont considérés comme des conducteurs occasionnels et acquièrent ainsi une expérience de la conduite qu’ils pourront mettre en avant lorsqu’ils souscriront leur propre assurance. Les années sans sinistre entraînent alors une prime moins élevée dans le cadre de leur assurance personnelle. Si votre voisin ne conduit votre voiture que très occasionnellement, vous ne devez pas le signaler à votre assureur. Par « occasionnellement », les assureurs entendent moins de trois fois par mois. Si votre voisin se rend au supermarché avec votre voiture chaque semaine, alors vous devez également l’inclure dans votre police. En effet, s’il provoque un accident avec votre voiture, votre bonus-malus, et donc votre prime, augmentera. En tant que propriétaire, vous pouvez partager votre voiture au prix du marché par le biais d’une plateforme en ligne.

Assurance contemporaine

L’autopartage pose d’emblée un défi pour le secteur de l’assurance. À l’heure actuelle, le propriétaire de la voiture choisit l’assurance et le locataire de la voiture n’a pas son mot à dire. Cependant, il est probable qu’un nouveau type d’assurance fasse son apparition à l’avenir. Ne plus assurer la voiture, mais plutôt la personne qui la conduit pourrait se révéler être la solution. Toute personne qui utiliserait une voiture partagée devrait alors souscrire au moins une assurance responsabilité civile (RC), avec une prime basée sur son historique personnel de sinistres et le nombre de kilomètres parcourus. Elle est ainsi toujours assurée lorsqu’elle conduit une voiture partagée, pendant toute la durée de la réservation, et elle a également plus de liberté de choix. Elle peut en outre opter pour une extension de l’assurance RC avec une assurance omnium, une assurance protection juridique et d’autres assurances complémentaires, telles que l’assurance conducteur.

Une réglementation adaptée s’avère donc nécessaire, mais n’en est qu’à ses balbutiements.

Vous voulez savoir quelle assurance est la moins chère pour votre voiture ? Comparez les différentes options sur Independer.be

Consultez également les articles suivants :

Remplir un constat d’accident en ligne: comment faire?

La location de voitures est devenue très populaire : Que devez-vous savoir à ce sujet ?

Qui est Datassur ?

Geef een reactie

Lees onze huisregels.

Independer blog